On a coupé la main et l’avant bras de Sirley à la machette.

Sirley leon

Mon nom est Shirley Avila Léon, je suis cubaine et je vis à Cuba. J’ai été élu délégué à l’Assemblée municipale du Pouvoir Populaire à Cuba par les habitants de mon quartier en Juin 2005, dans le quartier rural, Citrons, circonscription n ° 37, dans la municipalité province Majibacoa Las Tunas. 

L’Assemblée, qui est contrôlée dans la réalité par le Parti communiste de Cuba, en théorie devrait être l’entité qui régit l’organe de pays. L’Assemblée est composée de 81 districts, avec plus de 50.000 habitants.

Le séminaire pour l’exercice des fonctions comme délégué, a duré deux jours, mon caractère et  paysanne d’origine, a engendré de bonnes relations avec tout le monde. Je suis intéressée par la vie des citoyens en général, qui est tellement subie que ces personnes manquent d’ espoir de sortir de cette misère, humaine, spirituelle et morale. Je dis cela parce de ce que ces phrases sont la rue. Elles sont récurrente et c’est l’expression du peuple. 

Dès les premières réunions, je remarquai le double langage des leaders absolument pas intéressés par les gens, les plus gros problèmes étaient bureaucratiques, parce qu’avec la corruption, le système ne fonctionne pas.

Avant 1992, ma région était l’ une des plus productives de la province, il y avait des écoles primaires, mais après la planification hydraulique commandé par Fidel Castro, les 3 écoles ont été démolies pour construire un barrage hydraulique en mettant une partie de la population sans – abri.

160726_sirley_2_eggerLes enfants depuis, marchaient plus de 9 kilomètres à travers les routes difficiles, pour assister à l’école la plus proche, les parents occupés à accompagner leurs enfants n’avaient pas le temps de cultiver la terre en dépit de la pauvreté abjecte dans laquelle ils vivaient. 

Certains on préféré quitter la région vers le Calixto, dans les villages de Las Tunas, et d’ autres endroits où il y a une école, en laissant les fermes abandonnées.

Les agriculteurs n’ont pas le droit à une retraite et n’ont le droit de se retirer ou changer de métier, la vie professionnelle est contrôlée par l’état, Entendre leurs histoires est déprimant,

Confiants dans la phrase de Fidel Castro que les médias répètent en boucle, sur le concept de révolution pour changer tout ce qui doit être changé, j’ai donné ma parole aux paysans de se battre pour eux, tout en changeant leurs conditions de vie. 

Ignorant le visage de monstre, ne réalisant pas encore l’absence de droits et de la dictature qui existe à Cuba, capable de tout pour rester au pouvoir, et qui expose publiquement que le pouvoir émane du peuple, je me suis donné la tâche de récréer la scolarité dans mon district, besoin si nécessaire. Pendant six mois , j’ai effectué les démarches à la municipalité et la province. 

Dans les premiers mois de 2006, sans résultat local, je suis allé au Conseil d’ État, la construction de l’école a été adoptée dans le même semestre. 

À ma grande surprise, après avoir obtenu cette promesse, les gens ont commencé à me dévoiler leurs problèmes et  m’ont demandé de plus en plus les représenter.

 sirley-2Lors d’ une réunion, je fus accusé par le président de celle– ci, d’être un chef de file anti-révolutionnaire, parce que j’avais exigé la municipalité de respecter l’engagement d’acheter des tomates, des légumes et des fruits aux producteurs qui, , pourrissaient dans les champs, les affectant économiquement, tandis que les personnes dans toutes les villes manquaient de nourriture et vivaient des famines. 

Il a dénoncé mon comportement au siège provincial du Parti communiste de Cuba, et qui a immédiatement entraîné des représailles.

Ils ont commencé des campagnes de stigmatisation contre moi par le régime, mais cela a donné un résultat inverse et le peuple a eu encore plus confiance en moi.

L’école a été construite et ouverte en 2007-2008, les dirigeants de la province ne me pardonnèrent jamais d’avoir passé au dessus d’eux pour obtenir cette construction. 

Je me suis ensuite fait remarqué, par mon souci de résoudre le non-paiement aux agriculteurs, de trouver des logements dans des cas critiques de pauvreté, et une lutte contre le manque de sérieux des engagements envers les agriculteurs. 

Dans l’année scolaire 2010 – 2011, après trois ans, l’école a été fermée par décision du gouvernement, indépendamment des caractéristiques du quartier par lequel elle a été construite: routes impraticables, la distance de la plus proche de la même école, et la participation économique des parents. 

Le motif étant une décision venue des échelons supérieurs du pouvoir.

Je n’ai pas perdu de temps. J’ai cherché un soutien dans les organisations de masse et politique, toutes les ONG, je suis allé 12 fois devant le Conseil d’ État en neuf mois.

Les parents des enfants concernés, ont décidé de ne pas à les envoyer aux écoles trop éloignée de plusieurs kilomètres et ils ont étés soumis aux menaces et la répression par le Ministère de l’ éducation et d’ autres entités telles que la protection des mineurs, le procureur, la police nationale révolutionnaire et le parti communiste de Cuba. 

Les autorités ont été menacés d’enlever les enfants et les loger les dans une école pour enfants handicapés, qu’ils ont réquisitionné.  Une guerre psychologique a commencé et les parents ont été menacés très sérieusement. Ils ont même étés interdit de me rencontrer. 

La dernière fois que je suis allé au Conseil d’ État, à défaut d’être reçu par Raul Castro ou quelqu’un de décisionnaire, je me suis arrêté à l’ une des couloir, à l’ entrée du bâtiment, dans le but qu’un ministre, soit intéressé.

Il n’a fallut pas beaucoup de temps avant l’apparition d’un citoyen prétendant être le chef de la sécurité du Conseil d’Etat. Quand je lui avais expliqué ce que je faisais, il m’a demandé de l’accompagner, et m’a amené devant le chef du service de l’aide à la population, En fait j’ai été expulsée et menacé, Il ne fallait pas que je revienne sinon je serais accusé de crimes contre la sécurité de l’État.

Déçue, sanglotante, je suis allé à la rédaction du journal Granma, en leur demandant de publier, au titre de délégué représentante des habitants, je voulais une entrevue avec Raul Castro ou Ricardo Alarcon. 

En quelques jours, la réponse a été qu’ils ne pouvaient pas publier . Je fut ensuite menacés par les dirigeants de la province et la municipalité sans attendre.

Ils ont exhorté à renoncer à mon statut de délégué. En me voyant défendre fermement mes principes et le soutien du quartier. Ils ont manœuvré pour imposer une autre personne qui a été refusée par les habitants. Ils ont alors fait disparaître le quartier administrativement, Ils m’ont menacés d’un contrôle fiscal poussé.

Certaine de ne pas avoir commis un quelconque crime fiscal, je suis allé voir à Holguin, à la recherche de journalistes indépendants qui ignoraient mes tracasseries,

sirley_1_eggerJe voulais dénoncer ces violations des droits de l’ homme commises dans ma province. Le 8 Septembre 2012, je l’ ai signalé à Radio Marti, j’ai fait face à la dictature, qui ne se soucie que sur les pouvoirs et privilèges. 

Je ne fait pas de politique, mais la dictature totalitaire des Castro est l’ une les plus corrompue et criminelle du monde. Je ne pense pas qu’il y  existe un gouvernement parfait, mais je suis sûr, impliquant toutes les personnes, nous pouvons construire un gouvernement démocratique, respectant les libertés et des droits constitutionnels. 

J’ai milité dans le groupe d’opposition comme UNPACU, et j’ai soutenu les grèves de la faim de Luis E. Losada (23 jours) et Angel Yunier (critique) dans Granma. J’ai décidé d’organiser les gens qui pensaient comme moi, afin que nous puissions nous protéger contre le régime et en même temps défendre les droits du peuple et de convaincre ceux qui doutaient que nous pourrions en effet changer la dictature en un État de droit.

Pour tout ce que je l’ai décrit ci-dessus, j’ai été la victime de plusieurs tentatives de meurtre, on a tenté de m’éliminer physiquement, j’ai subit des actes de vandalisme contre ma terre, mes animaux, et ma propriété, organisé par le régime et sa politique par la police dans le cadre de son intention de m’éliminer. 

La jeune Yudisleidy Lopez Rodriguez m’a alerté sur le fait que la police politique avait offert une récompense et absolution à des criminels de droit communs dangereux de me tuer. 

Yudisleidy a été tuée le 26 Septembre 2014 pour décrier publiquement une attaque sur moi, le matin, tentative ou je suis sortie indemne par l’incendie de mon lit. Son assassinat a était couvert comme soi-disant un crime passionnel….

sirley-3Le 24 mai 2015, je fus attaqué dans ma maison par Osmani Carrión, envoyé par la Sécurité d’ État de m’assassiner. 

Il m’a attaqué avec une machette, il a coupé ma main gauche et mon bras droit et mutilé mes deux genoux.  Grâce à la présence d’un enfant sur les lieux des événements et grâce à Dieu qui a protégé ma vie pour que je puisse être ici aujourd’hui et que d’offrir mon témoignage il ne m’a pas coupé la tête. 

Je suis actuellement aux États-Unis avec un visa médical afin de recevoir un traitement pour cette dernière attaque. La plus sévère que j’ai endurée, Je vais retourner à Cuba dès que je récupère. (*)

Je remercie tous les gens merveilleux qui me ont donné cette opportunité de laisser mon témoignage,

Témoignage de Shirley Avila Léon lu au VOC 10 juin 2016 Washington DC

 

A ceux qui sont dans le déni des crimes Cubains…Vous pouvez toujours essayer de serrer la main de Sirley, Elle n’en a plus, On lui a coupé à la machette.

*Sirley est retournée à Cuba le 17 septembre 2016.

Dailly signal Sirley leon

On a coupé la main de Sirleyà la machette

Leave a Reply

Vous devez être connecte pour poster un commentaire

Espace rédacteur. Proposez votre article

Auteur

UA-38983612-1