Les salariés de Alstom ne sont pas à plaindre

Je sais, je suis un vil capitaliste immoral et sanguinaire. Je n’ai pas d’humanisme et d’altruisme….Évidement !

Comment « oser » titrer cela ?

You are shocked ! C’est certain. C’est tabou. C’est pas bien. Les instincts réflexe des apologistes du misérabilisme vont hurler….

Comment peut on « oser » le dire ? Le penser ? alstom-salarie

 

Il faut dans notre monde socialisant surjouer les postures de compassion pour disposer de la reconnaissance sociale. Sur-jouer le misérabilisme est devenu un mimétisme affligeant.

Pas de chance, je me fou de la reconnaissance sociale de mimétisme. J’oppose juste le bon sens cartésien et la moquerie de la bien pensance.

 

Vous pouvez juger de quel cinéma politique, de la droite de la gauche du centre ou des extrêmes sur la fermeture de l’usine de locomotives de Belfort d’Alstom….

C’est actuellement le festival de la démagogie a celui qui aura le plus de mouchoirs, pour pleurer sur leurs malheurs des salariés.

Les larmes de crocodiles pleuvent de toute part. Les solutions avec l’argent des autres. Les syndicalistes, les politiciens se croient chef d’entreprise et croient qu’ils savent mieux que le PDG ce qui est nécessaire pour l’entreprise.

En fait les réactions de mielleuses politiques envers les salariés sont pitoyables. Un défilé de posture ridicule d’un point de vue cartésien.

Ne pas licencier les salariés de Alstom, c’est les payer sur les ressources générées des autres usines et des autres travailleurs de cette entreprise, des gens à ne rien faire.

C’est certainement menacer bien plus de monde plus tard en favorisant le court terme au nom d’une minorité.

Imposer a des clients d’acheter des locomotives de cette entreprise, c’est un abus de droit, du favoritisme.

Un achat de locomotive, répond à un cahier des charges et doit répondre aux besoins. Il faut être un professionnel du chemin de fer, pour maîtriser toutes les informations nécessaires au choix d’une locomotive. Décider quelle est le bon choix de la bonne locomotive qui satisfera au mieux les besoins, n’est pas à la portée d’un politicien. C’est juste de l’électoralisme.

Technique des rails, techniques des charges électriques, réseau, formation des personnels, facilité de mise en place et moult détails, que seul un professionnel acheteur du rail maîtrise et sait pourquoi il faut cette locmotive à la place d’une autre. Certainement pas François Hollande ou ses conseillers en communication.

Et puis sauver Alstom. Quid des autres moins médiatiques ? Créer une inflation de demandes d’interventionnisme d’état ? Déja qu’on en est à 60% du PIB. N’en avons nous pas déja une overdose ?

 

Que va t-il arriver en vérité aux licenciés en CDI de Alstom ?

Les salariés de Alstom ne sont pas au SMIC. Ils ont une convention collective. Les avantages catégoriels issus de la branche métallurgie de la convention collective est une des meilleure conventions collective pour les salariés.

En matière de licenciement, ils disposeront avec cette convention, de supplément de congés payés, d’indemnités conventionnelles de licenciement et de préavis bien plus favorables que 98% des salariés de France

Le licenciement économique leur assurera au minimum un an de revenu au même salaire sans entrer dans leurs droits légaux du chômage.

Le chômage durera 2 ans après la première année en licenciement économique à charge de la formation professionelle, et les plus de 50 ans 3 ans.

En résumé le chômeur de Alstom va partir avec une indemnitéfinancière au minimum a 5 chiffres conventionnelle….

Faisant partie d’une très grosse entreprise, cette dernière peut êtremajorée par les délégations syndicales, très fortes dans les secteurs industriels.

Il bénéficiera d’un préavis plus élevé que la majorité des salariés licenciés de France. Ajouté d’un décompte de congés payés plus favorable. Il aura un préavis plus élevé qu’un salarié du droit commun.

Il sera pendant au minimum 1 an pris en charge par la formation professionelle sans toucher a ses droits « pole emploi ». Au chômage selon son age, il y aura droit entre 2 et 3 ans d’indemnités « pole emploi ».

Licencié économique, il sera prioritaire à une embauche dans l’entreprise qui le licencie pendant 2 ans….

Le salarié de Alstom n’est pas une personne avec un mauvais CV. Il est en général diplômé, dispose d’une expériance concrète, et son entreprise sur le CV, n’est pas un handicap, mais plutôt un atout dans le monde industriel.

 

En fait c’est la « réticence aux changements » et « l’appréhension de l’inconnu » que le salarié de Belfort est le plus touché. Il a parfaitement le temps, les moyens, la formation pour retrouver un job et se reconvertir a un autre employeur.

Mais avec tous ces avantages, cette réalité, ne faut il pas considérer que le surjouage du malheur de ce dernier est une posture ?

Le monde pour les licenciés ne s’arrête pas à Alstom…Pas plus que Belfort.

 

Les plus à plaindre sont elles, victimes du social.

Les syndicalistes, les corps intermédiaires les médias aiment a représenter les grands plans de licenciement des grandes entreprise comme des malheurs suprême. Il est vrai que ces licenciements se voient. C’est médiatiquement vendeur.

Mais en réalité les 98% de gens qui rentrent au chômage ne sont pas majoritairement pas ces gens là.

Les gens qui connaissent la dureté du chômage ce ne sont pas eux.

Pas ces licenciements économiques visibles et médiatiques. Les futurs chômeurs de Alstom sont la minorité de la minorité la plus encadrée et la moins a plaindre des chômeurs. Des futurs chômeurs très très bien indemnisés, et ne sont absolument pas le reflet des malheureux de France.

La majorité des gens qui recherchent un emploi sont à 80% les fins de CDD, qui y tournent par dizaines de milliers par mois, et pas ces licenciements économiques dont tout le monde parle en pseudo-altruisme de posture qui font les gros titres. 

Le social interventionniste du code du travail est bien plus anti-social que ces petits licenciements comme celui des CDI de Alstom. 

 

Il est interdit en France d’employer plus de 2 fois un CCD dans une entreprise. Pendant que Alstom enverra 400 personnes à pôle emploi, en France 10 000 personnes en CDD qui légalement ne retrouveront pas leur CDD pour faute d’en avoir eu 2 les rejoindront.

 

Attention les marxistes si prompt a défendre les salariés de Alstom, ne se mobiliseront pas pour permettre aux employeurs de renouveler autant de CDD que nécessaire. Dans leurs schéma de pensée, ils ne voient que la chimère d’un emploi salarié à vie. Dramatique !

Notez aussi que dans la même semaine pour des raisons électorales on promet la fermeture de La centrale nucléaire de Fessenheim avec 2000 personnes qui seront licenciées n’affole pas la médiatisation. Et pourtant l’usine des uns est à quelques kilomètres de la centrale des autres.

 

Mais quel entreprise libre pourrait promettre son de vie salariée dans le même endroit toute une vie ? La vie n’est pas cette vision Marxiste en salariat de servitude. Elle est dynamique. Elle est un choix. Le social n’est pas de lier les gens à un employeur ou obliger un employeur a employer à vie. .

C’est au contraire l’inverse, permettre à chacun de s’émanciper, de s’enrichir d’expériences.C’est au contraire de préparer a une vie dynamique et riche des changements. De permettre à l’entreprise de se séparer des secteurs ou elle est moins forte pour se contrer là ou elle a percé. C’est tout un schéma intellectuel a changer.

 

Au lieu de se mobiliser pour des gens qui ont tout les moyens de s’en sortir, les politiciens feraient mieux de débarrasser du social anti-social des codes du travail inspiré par des syndicats resté dans le formol des idéos du monde industriel du 18eme siècle….

Leave a Reply

Vous devez être connecte pour poster un commentaire

Espace rédacteur. Proposez votre article

Auteur

UA-38983612-1