Tag Archive | "palestine"

Pourquoi n’y a-t-il pas aujourd’hui un État Palestinien????

Même si cela vous surprend comme réponse, elle est pourtant d’une simplicité limpide,

Les arabes ont toujours refusé cette solution.

Pas une fois, mais 5 fois !

5 fois proposé. 5 fois refusé par les arabes.

La réponse est surprenante si vous écoutez les médias, vous pensez que Israël refuse obstinément, et a toujours refusé un nouvel état.

Beaucoup pensent que si Israël permettait aux Palestiniens d’avoir leur propre État, il y aurait la paix au Moyen-Orient.

Pas vrai ?

C’est le discourt lignifiant de ce que vous entendez de partout, de l’ONU, de l’AFP, des diplomates européens, des médias et de la plupart des intellos de gauche.

Mais si je vous aviez les faits historiques entre les mains et intellectualisiez qu’Israël a déjà offert aux Palestiniens un état qui leur est propre, et pas seulement une fois, mais à cinq reprises ?

Peut être verriez vous les choses différemment ?

Ne ne croyez pas qu’a 5 reprises il ya eu une opportunité d’un état Palestinien ?

 

Passons en revue les faits historiques incontestables :

Après l’éclatement de l’Empire ottoman après la première guerre mondiale, la Grande-Bretagne a pris le contrôle de la majeure partie du Moyen-Orient, y compris de la région qui constitue aujourd’hui Israël.

Dix-sept ans plus tard, en 1936, les Arabes se sont rebellés contre les Britanniques et contre leurs voisins juifs.

 

-1936 Rejet numéro 1 :

Les Britanniques forment alors une commission d’enquête et un groupe de travail, la Commission de Lord Peel, pour étudier la cause des troubles de la région.

La commission conclu que la raison de la violence est que deux peuples, juifs et arabes, veulent gouverner et contrôler la même terre.

La Commission Peel a conclu que la solution serait de créer deux États indépendants, l’un pour les Juifs et l’autre pour les Arabes. Une solution à deux états. La division proposée était fortement en faveur des Arabes. Les Britanniques leur ont offert 80% du territoire aux arabes, les Juifs, les 20% restants. Pourtant, malgré la petite taille de leur État proposé, les Juifs ont voté démocratiquement pour accepter cette offre. Mais les Arabes l’ont rejeté et ont repris leur rébellion violente.

Rejet numéro 1Les arabes refusent.

 

-1947 Rejet numéro 2 :

Dix ans plus tard, en 1947, les Britanniques ont demandé aux Nations Unies de trouver une nouvelle solution aux tensions persistantes. À l’instar de la Commission Peel, l’ONU a décidé que la meilleure façon de résoudre le conflit était de diviser la terre.

Le 7 novembre 1947, l’ONU a voté pour créer deux États. La Palestine devait être divisée en huit parties : trois devaient devenir des divisions juives et trois des divisions arabes. La septième, la ville de Jaffa, devait devenir une enclave arabe à l’intérieur du territoire juif, le régime international de Jérusalem, qui était la huitième division, devait être administré par le Conseil de tutelle des Nations Unies.

Les Juifs ont acceptent l’offre. Les Arabes l’ont rejeté, mais cette fois-ci, ils l’ont fait en lançant une guerre civile officielle.

Rejet numéro 2Les arabes refusent.

 

Le conflit juifs-arabes démarre après en 1948, également nommée, « guerre de Palestine » ou « al-Nakba (« la Catastrophe ») ».

La Jordanie, l’Égypte, l’Irak, le Liban et la Syrie rejoignent le conflit au prétexte de défendre les populations arabes de Palestine.

Ils échouent. Les juifs gagnent la guerre et construisent une nouvelle nation autonome. C’est la fondation de l’État d’Israël.

La plupart des terres mises en réserve par l’ONU pour créer un État arabe, la Cisjordanie et Jérusalem-Est, deviennent alors des territoires occupés. Occupé non par Israël, mais par la Jordanie.

1948 aura 2 conséquences, qui portent encore à conséquences aujourd’hui :

-les réfugiés Palestiniens. Les Palestiniens quittent le pays sur les ordres de leurs propres chefs et dans l’espérance d’un retour. La guerre terminée, état d’Israël créé, ils se verront refuser le retour.

-L’exode des juifs du monde arabe. La vie dans les sociétés arabes deviennent plus difficile et les juifs quittent ces pays devenus hostilles aux juifs.

 

-1967 Rejet numéro 3 :

Vingt ans plus tard, en 1967, les Arabes, menés cette fois par l’Égypte et rejoints par la Syrie et la Jordanie, déclarent la guerre à l’État juif.

Le conflit de 1967, connu sous le nom de guerre des six jours, s’est soldé par une victoire stupéfiante pour Israël. Jérusalem et la Cisjordanie, ainsi que la zone connue sous le nom de bande de Gaza, sont tombées entre les mains d’Israël. Le gouvernement Israélien est divisé sur quoi faire avec ce nouveau territoire. La moitié d’entre eux ont voulu rendre la Cisjordanie à la Jordanie et Gaza en Égypte en échange de la paix. L’autre moitié voulait le donner aux Arabes de la région, qui avaient commencé à se considérer comme des Palestiniens, dans l’espoir qu’ils finiraient par y construire leur propre État.

Aucune des deux initiatives n’a été très loin. Quelques mois plus tard, la Ligue arabe s’est réunie au Soudan et a publié son tristement célèbre « Trois No » : « Pas de paix avec Israël ». Pas de reconnaissance d’Israël. Pas de négociations avec Israël. Une fois encore, une solution à deux États a été rejetée par les Arabes, faisant de ce rejet le numéro trois.

Rejet numéro 3 : la ligue arabe refuse.

 

-2000 Rejet numéro 4 :

En 2000, le premier ministre israélien, Ehud Barak rencontra a Camp David le chef de l’Organisation de libération de la Palestine, Yasser Arafat pour négocier un nouveau traité à deux États. le chef de l’Organisation de libération de la Palestine. Le but est de négocier un nouveau traité à deux États. Ehud Barak propose à Arafat un État palestinien à la place de la bande de Gaza et 94% de la Cisjordanie avec Jerusalem Est pour Capitale. Mais le leader palestinien rejette cette offre.

Selon les mots du Président américain de l’époque, Bill Clinton,  » Arafat resta 14 jours et dit ‘ non ‘ à toutes propositions « . Au lieu de négocier, les palestiniens lancèrent une série d’attaques suicides sanglantes tuant plus de 1000 israéliens.

Rejet numéro 4 : Yasser Arafat refuse.

 

-2008 Rejet numéro 5.

En 2008, Israël tenta de nouveau. Le Premier Ministre Ehud Olmert alla encore plus loin que Ehud Barak en allongeant le traité de paix jusqu’à inclure des territoires supplémentaires. Olmert offre un retrait quasi total de la Cisjordanie, avec un contrôle des principales colonies juives. Il propose d’indemniser les Palestiniens avec des terres israéliennes équivalant à 5,8% de la Cisjordanie, d’une route liant la bande de Gaza, à la Cisjordanie.

Il a également proposé de se retirer des quartiers arabes de Jérusalem-Est, d’en abandonner le contrôle, et de placer la vieille ville, abritant les lieux saints les plus sensibles de Jérusalem, sous contrôle international.

Rejet numéro 5 : Mamoud Abbas refuse.

 

Depuis, Israël quitta totalement la bande de Gaza, laissant aux palestiniens le total contrôle de la zone. Plutôt que de développer le territoire pour le bien de son peuple, les palestiniens transformèrent Gaza en un camp terroriste, depuis lequel ils bombardent Israël, qui réplique régulièrement.

En conclusion :

A chaque fois qu’Israël accepta la création d’un État palestinien, les palestiniens ont rejeté l’offre, souvent avec violence. Si la paix au Moyen-Orient est voulue par tous, la réponse n’est probablement pas de faire pression sur Israël pour qu’un nouvel accord d’État palestinien soit proposé. La réponse est probablement de faire pression sur les palestiniens et les pays arabes qui soutiennent pour qu’ils acceptent enfin l’existence de l’État d’Israël.

Les Palestiniens sont aujourd’hui victimes de la posture du refus systématique d’avoir un pays. N’est il pas important d’en prendre conscience?

C’est certainement pas comme cela qu’on vous avait exposé la situation dans notre presse de 90% de journalistes de gauche pro-Palestiniens par mimétisme idéologique de caste ?

Posted in Actualité, International, Média, Politique, Tribune libreComments (0)


Espace rédacteur. Proposez votre article

Auteur

UA-38983612-1