Tag Archive | "guerre"

Le sang sur les mains de François Hollande du désastre du 13 novembre

Maintenant que les cendres retombent, les appels à l’unité nationale ne doivent pas exonérer ceux qui les instrumentalisent de leurs responsabilités dans les crimes islamistes de janvier et novembre. Ou alors cette incantation serait dangereusement pervertie. Examinons donc froidement le rôle de François Hollande dans le processus qui a conduit aux récents meurtres à Paris et Saint-Denis.

L’élément déclencheur évident et immédiat est son durcissement apparent contre Daech en Syrie et notamment les quelques bombardements entrepris par l’aviation française à partir du 27 septembre dernier. Selon les termes mêmes du communiqué de presse de l’Élysée ce jour-là : « La France a frappé en Syrie. Nous l’avons fait sur la base de renseignements collectés au cours des opérations aériennes engagées depuis plus de deux semaines, dans le respect de notre autonomie d’action, en coordination avec nos partenaires de la coalition. » Ces attaques suivaient en effet l’annonce de vols de reconnaissance début septembre.

Tout cela était bel et bon. À la condition toutefois que des cibles significatives fussent à la portée de nos interventions. Or, qu’a-t-on appris ces derniers jours ? Les frappes du 27 septembre et les quatre qui ont suivi n’étaient dirigées que contre deux centres d’entraînement et des sites pétroliers. Elles étaient anecdotiques par rapport à ce que font les Américains qui les effectuent par dizaines. C’est vers ces derniers du reste, détenteurs des informations tactiques nécessaires à l’action, que la France s’est enfin tournée après les attentats du 13 novembre. Le Drian et son homologue américain Ashton Carter sont convenus d’un partage des renseignements le dimanche 15 novembre. « Depuis deux jours, le travail est beaucoup plus nourri avec les États-Unis pour l’identification des cibles… un certain nombre de malentendus se sont dissipés » a admis le ministre Français de la Défense. Il était temps. Le « respect de notre autonomie d’action » qu’il invoquait en septembre n’avait donc aucun sens tactique.

Si l’on veut bien résumer froidement la situation, avant le 13 novembre, notre aviation avait essentiellement effectué des raids symboliques sans disposer des informations nécessaires pour porter des coups réels à l’ennemi. Juste ce qu’il faut pour l’exciter … rien pour vraiment l’affaiblir alors même que nous sommes beaucoup plus près des rétorsions possibles que la lointaine Amérique. Ayant attisé la vindicte de Daech, le gouvernement a-t-il pour autant pris les précautions nécessaires à la surveillance efficace de notre territoire ? Les nombreuses révélations de ces derniers jours sur les déplacements sans encombre des terroristes entre la France et la Syrie démontrent que ce ne fut pas le cas.

C’est uniquement pour cause de Cop 21 que François Hollande a annoncé, il y a trois semaines, le rétablissement de contrôles aux frontières dont Manuel Valls dit, du reste, qu’ils ne peuvent constituer une protection suffisante. N’étaient les circonstances, il serait cocasse de rappeler que le ministère de l’Intérieur annonçait le 30 juin dernier la création d’un état-major opérationnel de prévention du terrorisme rattaché directement au cabinet du ministre. « Sur les 4 000 individus suivis pour radicalisation ou terrorisme, il ne doit plus y avoir de loupé. Nous devons savoir sur chaque suspect ce qui a été fait à son sujet dans le passé et quel service travaille désormais sur lui », précisait alors Bernard Cazeneuve. Un tel échec après un tel engagement justifierait cent fois une démission !

Bref, président et gouvernement ont fait attaquer purement symboliquement un ennemi dont ils savaient qu’il pouvait frapper sur notre sol sans en tirer de conséquences en termes de protection de notre territoire. Les défaillances de janvier 2015 se sont reproduites en novembre ; c’est une inconséquence, une faute énorme. « When you shoot, shoot to kill » : « Quand tu tires, tire pour tuer » dit un célèbre adage américain. Les demi-mesures du pouvoir ont mis la France en danger sans aucun bénéfice pour les Syriens victimes de Daech.

Qu’elle est l’explication de cette attitude ? Au mieux le goût de la com’ s’emparant des décisions militaires. Au pire, et je sais que cette hypothèse peut choquer, l’espoir diffus et cynique qu’une stratégie de la tension renforce un pouvoir impopulaire. Après tout, les attentats de janvier ont eu pour effet de redorer temporairement le blason sondagier de François Hollande et ceux de la semaine dernière ont paraît-il la même conséquence. Les électeurs bobos et musulmans notamment se disent qu’Hollande limite les effets d’un possible courroux populaire qui les inquiète. Peut-être leur mobilisation réduira-t-elle la casse socialiste aux régionales ? Gaspard Gantzer, spin doctor de l’Élysée, twittait fièrement que l’action présidentielle était approuvée par 73 % des Français au moment même où le Raid menait l’assaut. Nos lecteurs le savent, François Hollande fait preuve constamment et dans tous les domaines d’un goût pour la manipulation et le double langage qui agit sur lui comme un mauvais génie. Pourquoi en serait-il différemment sur ce sujet ?

Depuis les attentats, le Parlement a voté une prolongation de l’état d’urgence dont l’un des effets principaux est de permettre au pouvoir d’interdire les réunions qui ne lui plaisent pas. Comme par hasard, les rassemblements au nom du vivre-ensemble place de la République sont tolérés. Envisagez-donc une manifestation pour dénoncer l’impéritie du gouvernement, demander l’expulsion des salafistes ou l’interdiction du port du voile, vous verrez les cars et les matraques des CRS arriver très vite. Pendant trois mois au moins, vous pourrez bien trépigner devant votre ordinateur mais la rue, le territoire réel, échapperont à toute parole que le pouvoir ne tolérera pas. Nous sommes entrés pour un certain temps dans la liberté d’expression réduite au virtuel. Sans l’instauration de cette censure à géométrie variable, il est probable qu’un emballement critique à l’égard de ce pouvoir gravement défaillant se serait déjà traduit dans la rue. Ce que l’état d’urgence protège, ce sont avant tout nos gouvernants. Au passage, la campagne pour les élections régionales est gelée, les socialistes espérant que l’union nationale s’instille jusque dans les isoloirs.

J’ai montré dans mon dernier livre La marche des lemmings comment François Hollande, puissamment secondé par de nombreux organes de presse, a réussi à escamoter ses responsabilités dans la survenue des crimes chez Charlie Hebdo, à Montrouge et dans l’hypermarché casher de la porte de Vincennes. Et comment le discours sur le refus des amalgames a permis d’occulter la complaisance politique vis-à-vis du raidissement réactionnaire d’un nombre grandissement de musulmans en France. C’était cela et rien d’autre, « l’esprit du 11 janvier ». Cette fois, il n’est plus possible d’obscurcir la réflexion publique avec deux ou trois slogans et une grande manifestation. Il faut donc déplacer un peu plus le curseur vers la censure et le contrôle des opposants au prétexte de l’union nationale.

Puisque nous sommes encore, semble-t-il, dans un régime démocratique, il paraît de la plus grande importance que les socialistes et leurs complices soient sévèrement sanctionnés dans les urnes à l’occasion des prochaines élections régionales. Quelles que soient les autres listes qui ont votre préférence, votez pour elles, pas pour le pouvoir ! Car la vraie solution à tous ces problèmes est qu’Hollande s’en aille au plus vite. Toute son action politique tend à anesthésier les Français. Mais cet engourdissement prolongé finira par avoir de nouvelles conséquences mortelles. Un an et demi à attendre, c’est beaucoup trop long.

 

Source: http://www.delanopolis.fr/Attentats-la-faute-inexcusable-de-Francois-Hollande_a2668.html

Posted in Actualité, International, Politique, ReligionComments (0)

Guerre en Syrie: On frappe qui ? Ou? Et après?

Ça y est c’est officiel. La France va effectuer « dans les prochaines semaines » des frappes aériennes contre l’organisation Etat islamique (EI) en Syrie.

Les chasseurs français, qui effectuent depuis le 8 septembre des vols de reconnaissance au-dessus de la Syrie vont maintenant passer à l’action.

Humble spectateur je me demande dans une interprétation toute personnelle, qui va profiter des frappes ?

Frapper des gens qui s’entre-tuent, pour défendre la liberté et la paix, pour éviter des bains de sang c’est certainement très moral.

Mais quand tous les belligérants sont pas meilleurs les uns que les autres, est ce judicieux ?

Le problème dans un conflit entre A et B, c’est qu’en expliquant que A n’est pas sympatrique, et le frapper, c’est de l’autre aider B. Le problème c’est quand B n’est pas plus sympatrique que A.

En plus en Syrie, il n’y a pas un gentil et un méchant, mais une grappe de pas très sympathiques.

Les forces en présence du panier de crabes Syrien.

Il y a les syriens Baasistes, un ersatz de l’international socialiste commandé par le dictateur Bachard El Assad qui exécute sans scrupule les opposants et ses ennemis.

Ils sont en guerre contre Daech, Al Nostra, le Hezbolla, les milices chiites, les kurdes, et les occidentaux. Bachar El Assad ne veut pas finir comme Kadhafi et s’accrochera au pouvoir jusqu’à sa mort.

Daech, une force musulmane Sunnite qui applique la charia et la religion Musulmane en interprétation moyenâgeuse du Coran, qui exécute, torture et tranche les têtes dans la barbarie.

Ils sont en guerre contre Les Baasistes, Al Nostra, le Hezbolla, les milices chiites, les kurdes, les milices chrétiennes, les occidentaux, les russes pour construire un état religieux.

Le Front Al-nosra, c’est la branche syrienne d’Al-Qaida. Présents dans des terroristes musulmans qui ne se reconnaissent pas dans Daech ils perpétuent des attentats et des guerres hors Daech.

Ils sont en guerre ou alliés contre Daech selon les chefs de clans et les circonstances, en guerre contre les Baasistes, le Hezbolla, les milices chiites, les kurdes, les milices chrétiennes, les occidentaux, les russes.

Le Hezbolla, ce sont des habitants de la frontière Libanaise de confession Musulmane chiite, qui trucident les juifs et les musulmans sunnites depuis la mort de Mahomet. Ils sont en guerre contre Daech les Baasistes, les milices chrétiennes, les occidentaux, les russes.

Les milices chiites, sont des musulmans chiites isolés en Syrie qui se constitués en groupe d’auto défense contre les agressions de Daech. Depuis 735 après Jésus christ, les chiites exécutent les sunnites. Le descendant direct de Mahomet, Ali a créé le chiiisme musulman qui s’oppose aux sunnisme musulman constitué par les apôtres de Mahomet. C’est une guerre séculaire.

Ils sont alliés au Hezbolla pour l’instant, en guerre contre Daech, les Baasistes, les kurdes, les milices chrétiennes, les occidentaux, les russes.

Les Kurdes une peuplade qui lutte belliqueusement pour la création d’un état autonome a cheval sur 3 pays (Turquie, Syrie et Iran).

israel-syria-warIl sont alliés pour l’instant avec les occidentaux mais en guerre contre tous les autres. Pour l’instant, ils sont les plus proches des occidentaux, et pour l’instant ils ne réclament pas encore une autonomie. La relation avec la Turquie est ambiguë, car a terme ces gens ont des visées sur un tiers du territoire turc….

Les milices chrétiennes orthodoxes sont des gens qui ont décidé de rester coûte que coûte et se sont armés pour résister dans 2 provinces Syriennes. Il supportent les baasistes et les russes pour l’instant et se défendent contre tous les autres…

Les tribus autonomes de l’est de la Syrie….Ce sont des tribus armées qui n’ont pas fait allégeance à Daech et ne rendent aucun compte à personne. Leurs régions et villes ont résisté à l’invasion de Daech.

Les occidentaux, eux sont des hypocrites qui invoquent l’humanisme pour libérer les routes qui mènent aux sous sol, et les guerres ça gène terriblement le commerce du pétrole.

Ils sont officiellement en guerre contre Daech et répondent aux besoins électoraux des politiciens larmoyants. Ils concentrent leurs efforts pour la reconquête des puis de pétrole…

Les milices wahhabites, sont des musulmans sunnites financés par les riches saoudiens qui vivent du tourisme de la Mecque, et qui espèrent dans le futur récupérer le pays pour créer une région de musulmans qui iront à la Mecque y acheter des Corans et loger dans leurs hôtels.

Officiellement ils défendent leurs territoires, lls attisent le conflit pour se débarrasser d’un maximum de gens qui ne vont pas faire de pèlerinages à la Mecque.

Les Russes recherchent un monopole mondial dans le gaz et la compagnie russe Lukoil est le plus grand investisseur de Syrie y défend ses intérêts d’un sous sol riche en gaz.

Officiellement ils aident les chrétiens orthodoxes contre Daech, mais préservent surtout les intérêts de Lukoil. Les extractions de gaz de Lukoil payent des armes russes…temps que les Bassistes et El Assad est au pouvoir, pour la Russie le conflit est économiquement intéressant.

Les Turcs eux sont frontaliers avec la Syrie. Officiellement ils sont dans le camp occidental et membres de l’OTAN, mais leur seul désir est que Daech détruisent les Kurdes qui veulent créer un état sur la Syrie et un tiers de la Turquie…

L’Iran aide financièrement et militairement la Syrie car Bachad El Assad a été le dirigeant arabe à soutenir l’Iran dans sa guerre contre l’Irak entre 1980 et 1988.

Par ailleurs le développement du sunnisme par Daesh en Syrie est très mal vu du coté de Téhéran.


Alors la France va Frapper !


1-Frapper Daech
dans le sud de la Syrie?

Oui mais attention ça va aider le Hezbollah…Le Hezbolla menace les régions des chrétiens orthodoxes. DANGER.

2-Frapper Daech dans le centre de la Syrie? Oui mais l’armée de Bachar El Assad va en profiter!….DANGER.


3-Frapper Daech
dans le nord? Oui ma ça va aider le Front Al-nosra, la branche syrienne d’Al-Qaida à les remplacer, et puis libérer le front sud c’est agrandir le territoire Kurde et leurs revendications territoriales sur…..La Turquie…DANGER.


4-Frapper Daech
dans l’ouest de la Syrie? Oui mais ça va aider Le Front Al-nosra, qui ne demande que cela. Remplacer Daech par Al-Qaida, est ce qu’on y gagne au change ?…..DANGER.


5-Frapper Daech
dans l’est de la Syrie? Oui mais çà va aider les tribus autonomes de l’est de la Syrie….Ils en profiteront pour piller les régions dans lesquelles elles n’avaient pas accès. Si elles s’associent aux milices Wahhabites elles menaceront l’Iran qui ne laissera pas faire.
Les Wahhabites sont des fanatiques prêt a prendre la relève de Daech, cette autre forme de musulmans sunnites adeptes de la charia….DANGER…

On ne peut nier qu’avec ces belligérants, des gens meurent et ne l’ont pas mérité.

La solution est bien plus complexe qu’un bombardement organisé par un président en mal de popularité qui cherche a redorer son blason et faire croire qu’on fait tout pour sauver des gens…

Posted in Actualité, International, Politique, Tribune libreComments (0)

Un psychopathe prêt a déclencher une guerre dévastatrice

Le leader nord-coréen Kim Jong-un est en pleine posture ridicule, en fanfaronnant, il dit pouvoir bombarder les Etats-Unis.

Il n’y a aucune chance d’un missile nucléaire nord-coréen aplatisse New York, Manhattan, Washington ou Los Angeles.

Mais avec une armée forte de 900 000 individus, un terrifiant arsenal chimique et un leader allumé psychologiquement, la fragilité de la situation en Corée pourrait exploser dans une guerre dévastatrice.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, lui-même ancien ministre des Affaires étrangères sud-coréen, a appelé à des négociations directes avec la Corée du Nord pour maîtriser la situation.

Les États-Unis ont répondu aux menaces nord-coréennes, avec une démonstration paisible de sa puissance militaire. L’Amérique a envoyé de bombardiers B-52 et B2-stealth pour des vols d’entraînement sur la Corée du Nord.

Ces avions sont chargés d’armes nucléaires stratégiques. Les États-Unis ont en envoyé un message clair, le régime nord Coréen joue avec le feu.

kim-jong-unLes États-Unis ont également déployé des bombardiers furtifs F-22 et déplacé un navire de guerre de classe Aegis dans la mer de chine. La mission, intercepter des missiles balistiques.

La Corée du Nord vient d’annoncer le redémarrage du réacteur nucléaire de Yongbyon, fermé en 2007.

Le réacteur a produit le plutonium pour les dispositifs nucléaires du pays.

Bien qu’il faudra au minimum un an pour redémarrer, l’annonce est importante, car actuellement la Corée du Nord ne dispose pas assez de plutonium. Tout au plus pour six engins nucléaires.

La Corée du Nord veut faire comprendre qu’elle souhaite développer son arsenal nucléaire, l’intégrer pleinement dans ses défenses, et ne désire pas renoncer à l’arme nucléaire.

A Washington et Séoul, l’ambiance reste calme. Il n’existe aucune preuve Corée du Nord se mobilise ses forces.

Beaucoup sont convaincu que la Corée du Nord ne peut pas se permettre de déclencher un conflit majeur qui ne pourrait que se terminer par la destruction de son régime.

Mais, d’autres craignent le risque réel de guerre. Il y a 900.000 soldats nord-coréens déployés dans la zone démilitarisée (DMZ) entre les deux Corée.

Elles sont équipées de plus de 17.000 pièces d’artillerie et 3.500 chars de combat.

En cas de conflit armé, l’Armée communiste de Corée peut faire pleuvoir des projectiles d’artillerie sur le centre-ville de Séoul tout en avançant à travers la zone démilitarisée.

Le Nord possède également d’importantes quantités d’armes chimiques.

Bien qu’elle ne peut pas gagner une guerre sur le moyen et long terme, elle peut causer des dommages énormes en pertes de vie humaine, même sans armes nucléaires. La Corée du Nord dispose également d’environ 100.000 forces spéciales formées pour infiltrer le Sud en cas de guerre.

Kim-jong-Un_3_1687497aLa crise actuelle est dangereuse, car les parties en présence ont déjà atteint la limite de ce qui peut être réalisé au moyen de signaux militaires, et n’ont aucun moyen de réduire les tensions.

Cette fois il y a un changement majeur.

Washington et Séoul cette fois ne souhaitent pas récompenser Kim Jong-un avec des concessions, voire des conférences comme ils l’ont fait auparavant.

Les opinions publiques de Corée du Sud et des USA, ne souhaitent pas une transaction, même à minima. Les gouvernements occidentaux, s’ils cèdent à un chantage, auront des reproches de leurs électeurs. Principalement en Corée du Sud.

La normalisation des relations reste sur la table aussi longtemps que la Corée du Nord maintient des camps de prisonniers politiques, 200.000 personnes sont incarcérées. Le pays prive des droits fondamentaux sa propre population. Les populations de Corée du Sud et des USA admettent plus des concessions à des tyrans.

Dans les années 90 une grave famine a causé la mort de trois millions de personnes. Le gouvernement Nord Coréen n’a rien fait pour soulager les souffrances de la population.

Dans le passé, la Corée du Nord a réalisé de petites attaques, comme l’assassinat de soldats américains dans la zone Démilitarisée ou le torpillage de la frégate sud-coréenne Cheonan ou des tirs d’artillerie sur l’île de Yeonpyeong en 2010 pour renforcer la pression diplomatique.

Depuis lors, l’armée sud-coréenne a adopté une politique qui contraste avec le passé.

Elle est déterminée à répondre à toute attaque par la Corée du Nord avec une réponse beaucoup plus militaire visant à la fois les unités qui ont tiré et les centres de commandement dans la capitale, Pyongyang.

La Corée du Nord et la Corée du Sud sont toujours officiellement en guerre, il n’y a pas de traité de paix et la Corée du Sud n’a jamais signé l’accord de cessez-le à la fin de la guerre de Corée.

Toute mesure mal calculée pourrait déclencher un conflit militaire qui pourrait échapper à tout contrôle.

Beaucoup se tournent maintenant vers la Chine pour modérer «Pyongyang» et espère sont contrôle. La Chine a déjà sauvé la Corée du Nord de la défaite totale dans la guerre de Corée dans les années 50.

A cette époque, le général MacArthur voulait utiliser des armes nucléaires contre des cibles en Chine pour forcer leur retrait de la guerre, mais cette décision a été rejetée par le président Truman et MacArthur relevé de son commandement.

Bien que la Chine a fourni une garantie de sécurité pour la Corée du Nord depuis lors, la Chine est aujourd’hui plus proche de l’occident. Il est certainement exclus que la Chine soutiendrai les aventures militaires contre la Corée du Sud et les USA.

La Chine appelle au calme et à la retenue de tous les côtés.

Dans le passé, la Chine a suspendu temporairement les livraisons de pétrole et de nourriture pour la Corée du Nord. Alors pourquoi ne le fait elle pas maintenant?

La réponse est, que Pékin est préoccupé par le démarage d’un conflit majeur sur la péninsule coréenne et ses conséquences pouvant entraîner des millions de réfugiés, des inondations en Chine avec les barrages détruits de la Corée du Nord.

Pire encore, un conflit militaire pourrait aspirer la Chine contre les États-Unis.

Pékin a peur, davantage de pression sur la Corée du Nord engendrerai une situation hors de contrôle.

Jusqu’à présent, il n’y a eu aucune indication claire de ce que Kim Jong-un veut atteindre comme objectif.

L’explication la plus probable est l’existence de sérieuses divisions au sein du PC et la direction de la Corée du Nord.

En répondant durement à la condamnation de son missile et les essais nucléaires au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies, Kim fait la démonstration qu’il serait soi disant capable d’affronter les États-Unis et la Corée du Sud.

Ban Ki-moon a raison. La Chine et les États-Unis doivent travailler ensemble pour établir un certain cadre pour le dialogue avec la Corée du Nord afin de désamorcer la crise.

Ce pourrait être suffisant pour Kim Jong-un pour crier victoires sans obtenir d’importantes concessions et permettre l’engagement renouvelé avec la Corée du Nord.

Pour en savoir plus:  la Corée du Nord Existe t-elle?

kim jong-un visite son armée

 

Posted in Actualité, Economie, International, Politique, Tribune libreComments (0)


Espace rédacteur. Proposez votre article

Auteur

UA-38983612-1