Un psychopathe prêt a déclencher une guerre dévastatrice

Le leader nord-coréen Kim Jong-un est en pleine posture ridicule, en fanfaronnant, il dit pouvoir bombarder les Etats-Unis.

Il n’y a aucune chance d’un missile nucléaire nord-coréen aplatisse New York, Manhattan, Washington ou Los Angeles.

Mais avec une armée forte de 900 000 individus, un terrifiant arsenal chimique et un leader allumé psychologiquement, la fragilité de la situation en Corée pourrait exploser dans une guerre dévastatrice.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon, lui-même ancien ministre des Affaires étrangères sud-coréen, a appelé à des négociations directes avec la Corée du Nord pour maîtriser la situation.

Les États-Unis ont répondu aux menaces nord-coréennes, avec une démonstration paisible de sa puissance militaire. L’Amérique a envoyé de bombardiers B-52 et B2-stealth pour des vols d’entraînement sur la Corée du Nord.

Ces avions sont chargés d’armes nucléaires stratégiques. Les États-Unis ont en envoyé un message clair, le régime nord Coréen joue avec le feu.

kim-jong-unLes États-Unis ont également déployé des bombardiers furtifs F-22 et déplacé un navire de guerre de classe Aegis dans la mer de chine. La mission, intercepter des missiles balistiques.

La Corée du Nord vient d’annoncer le redémarrage du réacteur nucléaire de Yongbyon, fermé en 2007.

Le réacteur a produit le plutonium pour les dispositifs nucléaires du pays.

Bien qu’il faudra au minimum un an pour redémarrer, l’annonce est importante, car actuellement la Corée du Nord ne dispose pas assez de plutonium. Tout au plus pour six engins nucléaires.

La Corée du Nord veut faire comprendre qu’elle souhaite développer son arsenal nucléaire, l’intégrer pleinement dans ses défenses, et ne désire pas renoncer à l’arme nucléaire.

A Washington et Séoul, l’ambiance reste calme. Il n’existe aucune preuve Corée du Nord se mobilise ses forces.

Beaucoup sont convaincu que la Corée du Nord ne peut pas se permettre de déclencher un conflit majeur qui ne pourrait que se terminer par la destruction de son régime.

Mais, d’autres craignent le risque réel de guerre. Il y a 900.000 soldats nord-coréens déployés dans la zone démilitarisée (DMZ) entre les deux Corée.

Elles sont équipées de plus de 17.000 pièces d’artillerie et 3.500 chars de combat.

En cas de conflit armé, l’Armée communiste de Corée peut faire pleuvoir des projectiles d’artillerie sur le centre-ville de Séoul tout en avançant à travers la zone démilitarisée.

Le Nord possède également d’importantes quantités d’armes chimiques.

Bien qu’elle ne peut pas gagner une guerre sur le moyen et long terme, elle peut causer des dommages énormes en pertes de vie humaine, même sans armes nucléaires. La Corée du Nord dispose également d’environ 100.000 forces spéciales formées pour infiltrer le Sud en cas de guerre.

Kim-jong-Un_3_1687497aLa crise actuelle est dangereuse, car les parties en présence ont déjà atteint la limite de ce qui peut être réalisé au moyen de signaux militaires, et n’ont aucun moyen de réduire les tensions.

Cette fois il y a un changement majeur.

Washington et Séoul cette fois ne souhaitent pas récompenser Kim Jong-un avec des concessions, voire des conférences comme ils l’ont fait auparavant.

Les opinions publiques de Corée du Sud et des USA, ne souhaitent pas une transaction, même à minima. Les gouvernements occidentaux, s’ils cèdent à un chantage, auront des reproches de leurs électeurs. Principalement en Corée du Sud.

La normalisation des relations reste sur la table aussi longtemps que la Corée du Nord maintient des camps de prisonniers politiques, 200.000 personnes sont incarcérées. Le pays prive des droits fondamentaux sa propre population. Les populations de Corée du Sud et des USA admettent plus des concessions à des tyrans.

Dans les années 90 une grave famine a causé la mort de trois millions de personnes. Le gouvernement Nord Coréen n’a rien fait pour soulager les souffrances de la population.

Dans le passé, la Corée du Nord a réalisé de petites attaques, comme l’assassinat de soldats américains dans la zone Démilitarisée ou le torpillage de la frégate sud-coréenne Cheonan ou des tirs d’artillerie sur l’île de Yeonpyeong en 2010 pour renforcer la pression diplomatique.

Depuis lors, l’armée sud-coréenne a adopté une politique qui contraste avec le passé.

Elle est déterminée à répondre à toute attaque par la Corée du Nord avec une réponse beaucoup plus militaire visant à la fois les unités qui ont tiré et les centres de commandement dans la capitale, Pyongyang.

La Corée du Nord et la Corée du Sud sont toujours officiellement en guerre, il n’y a pas de traité de paix et la Corée du Sud n’a jamais signé l’accord de cessez-le à la fin de la guerre de Corée.

Toute mesure mal calculée pourrait déclencher un conflit militaire qui pourrait échapper à tout contrôle.

Beaucoup se tournent maintenant vers la Chine pour modérer «Pyongyang» et espère sont contrôle. La Chine a déjà sauvé la Corée du Nord de la défaite totale dans la guerre de Corée dans les années 50.

A cette époque, le général MacArthur voulait utiliser des armes nucléaires contre des cibles en Chine pour forcer leur retrait de la guerre, mais cette décision a été rejetée par le président Truman et MacArthur relevé de son commandement.

Bien que la Chine a fourni une garantie de sécurité pour la Corée du Nord depuis lors, la Chine est aujourd’hui plus proche de l’occident. Il est certainement exclus que la Chine soutiendrai les aventures militaires contre la Corée du Sud et les USA.

La Chine appelle au calme et à la retenue de tous les côtés.

Dans le passé, la Chine a suspendu temporairement les livraisons de pétrole et de nourriture pour la Corée du Nord. Alors pourquoi ne le fait elle pas maintenant?

La réponse est, que Pékin est préoccupé par le démarage d’un conflit majeur sur la péninsule coréenne et ses conséquences pouvant entraîner des millions de réfugiés, des inondations en Chine avec les barrages détruits de la Corée du Nord.

Pire encore, un conflit militaire pourrait aspirer la Chine contre les États-Unis.

Pékin a peur, davantage de pression sur la Corée du Nord engendrerai une situation hors de contrôle.

Jusqu’à présent, il n’y a eu aucune indication claire de ce que Kim Jong-un veut atteindre comme objectif.

L’explication la plus probable est l’existence de sérieuses divisions au sein du PC et la direction de la Corée du Nord.

En répondant durement à la condamnation de son missile et les essais nucléaires au sein du Conseil de sécurité des Nations Unies, Kim fait la démonstration qu’il serait soi disant capable d’affronter les États-Unis et la Corée du Sud.

Ban Ki-moon a raison. La Chine et les États-Unis doivent travailler ensemble pour établir un certain cadre pour le dialogue avec la Corée du Nord afin de désamorcer la crise.

Ce pourrait être suffisant pour Kim Jong-un pour crier victoires sans obtenir d’importantes concessions et permettre l’engagement renouvelé avec la Corée du Nord.

Pour en savoir plus:  la Corée du Nord Existe t-elle?

kim jong-un visite son armée

 

Leave a Reply

Vous devez être connecte pour poster un commentaire

Espace rédacteur. Proposez votre article

Auteur

UA-38983612-1