Tag Archive | "juppé"

L’électeur de droite otage des 3 indéboulonnables Bayrou, Juppé, Sarkozy,

La droite a tout pour elle. Les adversaires politiques sont tellement nuls que la droite devrait être une évidence électorale. Le « changement » est la grande demande de la population.

Le monde a évolué en quelques années et une grande partie de nos concitoyens comprend et est enfin prête a accepter de grandes réformes structurelles. Que c’est le seul moyen de sortir du marasme économique le pays.

L’image du PS est résumé par le président François Hollande. Ils bousillent tout ce qu’ils touchent. Il apparaissent comme ils sont, une caste de totalement cyniques et incompétents. Chaque ministre de Cahuzac à El Komry ou de Tobira à Sapin est d’une affligeante incompétence. Les Français ont compris qu’il n’y a rien a en tirer. Que la posture ou le mensonge est permanent et que derrière le changement se cache l’hypocrisie de haut fonctionnaires rentiers de l’état.

Cahuzac a engendré une prise de conscience éthique. Les passe droits sont moins tolérés et pourtant restent la règle générale.

L’image du FN est un parti ou il y a une défiance naturelle, et qui ne dégage pas une grande compétence économique de ses cadres. On a jamais vu un pays s’enrichir en fermant les échanges et le commerce. Politiquement le FN a réussit a créer le tripartisme.

La photo d’illustration a 23 ans. Elle date du 14 novembre 1992 et tirée d’un article du Figaro.

En 2017 dans 18 mois, elle aura 25 ans ! On y trouve 3 personnages qui déjà à l’époque sont des vieux politiciens. Et encore aujourd’hui les mêmes têtes d’affiche de la droite. 

François Bayrou.

A l ‘époque de la photo, en 1992 François Bayrou à déjà 10 années pleines de bouteille politique à haut niveau de responsabilité.

François Bayrou (UDF) est alors le secrétaire général de son parti. L’UDF « Union pour la Démocratie Française »…

Il a déjà de l’expérience, puisque qu’il était avant le président du parti CDS « Centre Des Démocrates », et encore avant président du parti « Force démocrate ».

Après il deviendra ministre de l’éducation nationale de la formation et la recherche. Aucune de ses réforme ne sera adoptée. Il a réalisé une création de « commission pour la réforme de l’école » composée de haut fonctionnaires, qui laisse comme seul souvenir de son passage un énième rapport qui prend la poussière dans les archives du ministère et que personne n’a jamais lu.

-2017 : Par rapport au passé la France a changé et nous sommes dans le tri-partisme. François Bayrou n’a absolument aucune chance, de passer un premier tour en 2017. Il ne sera jamais élu président, mais par contre continue de fanfaronner de TV en radios sur son « éventuelle » ou « plausible » future candidature en 2017.

Haït sur sa droite et comme autant indifférent sur sa gauche, son activité politique est juste un effet de nuisance sur toutes les formations politique de droite.

Ce personnage qui c’est déjà présenté à la présidentielle plusieurs fois, va de TV en radios et fanfaronne actuellement sur l’ambiguïté de la question si il ira ou pas à la prochaine présidentielle.

Il distille les « bons poins » et « avis » sur les autres politiciens et leurs idées depuis son premier mandat en 1982 ( déjà 33 ans).

Il avait d’ailleurs déclaré au journal « Le Monde » en 1997 à propos des membres de l’UDF son parti qui ne soutenaient pas sa candidature à la présidence (Gilles de Robien et André Santini) être une « collection d’élus épuisés ».

Quelqu’un va lui dire qu’avec 35 ans de politique sans discontinuer il fait parie de la collection qu’il décrivait hier et qu’il doit passer son tour?

Alain Juppé

A l ‘époque de la photo, en 1992 Alain Juppé est déjà un vieux de la politique. Il a 16 années de politicien derrière lui. Il a commencé depuis 1976.

En 1992 Après avoir été adjoint à la mairie de Paris, porte parole de l’Élysée, ministre délégué au Budget, il est secrétaire du parti leader de l’époque, le RPR.

En complicité avec son « ami de toujours », il collectionnera les postes de ministre. Budget, Affaires étrangères, écologie, défense. Qu’il cumulera avec le poste de maire parachuté d’une grande ville de province, Bordeaux.

1er ministre, il devait révolutionner la France « sclérosée », il autruchera sa tête sous les papiers à la première brise gréviste sur la réforme des régimes spéciaux, et virera le seul ministre de la république libéral de la 5eme république.

Il est vrai que si Alain Juppé avait laissé faire Alain Madelin il y a 15 ans et sa réforme des retraites, les droits différenciés des régimes spéciaux n’existeraient plus et les fonctionnaires seraient aujourd’hui des gens ordinaires inclus dans la société civile au lieu d’une caste se félicitant d’accaparer des avantages statutaires.

En abrogeant les prérogatives de son ministre libéral à l’époque qui proposait une mesure de bon sens par un alignement institutionnel des droits identiques pour tous dans la société, il a favorisé le court terme pour laisser un déséquilibre financier sur les générations suivantes.

En laissant volontairement à l’époque un système chronophage se développer, et sachant pertinemment qu’un quart des pensions de la fonction publique est financé par les cotisations des agents de l’État.

Par sa non réforme et son manque de courage de l’époque, les Français subissent aujourd’hui ses décisions de l’époque. Aujourd’hui une dette s’entasse chaque année de 40 milliards pour compenser les retraites spéciales des régimes spéciaux qui aurait pu être endiguée il y a 15 ans.

Il faut dire qu’avec les 2 fonctionnaires en disponibilité, François Hollande, et Jean Marc Ayrault, il dispute avec eux le championnat du monde des cumulards de postes à revenus en rente décalée en régimes spéciaux au monde.

Il n’a pas fallut le pousser trop fort pour abandonner ce type de réformes.

Alain Juppé a été condamné en 2004 à 14 mois de prison et un an d’inéligibilité pour prise illégale d’intérêts dans le cadre de l’affaire des emplois fictifs de la mairie de Paris. Il n’a jamais été exclus de son parti.

C’est une condamnation lourde et loin d’être anodine.

Individuellement Juppé est incapable de convaincre. En débat contradictoire, il parle comme quelqu’un qui récite un texte et vous remarquerez qu’il positionne systématiquement sa main devant sa bouche avant de parler. En psychologie, c’est une manifestation de se couper de son interlocuteur et l’envie de ne pas lui parler. En résumé Alain Juppé est nanti-charismatique.

-En 2017 Alain Juppé veut se présenter à la présidentielle.

Dans son parti, avec sa clientèle de 40 années de RPR-LR il a serré toutes les mains et peut se retrouver candidat à l’élection présidentielle, et tuer dans l’œuf une autre candidature plus jeune, mais cela ne le rendra pas quand même pas plus jeune.

Par contre dans l’électorat de son parti il est mal aimé. Il est plus aimé à gauche qu’a droite.

Qui peut croire qu’il pourra attirer la masse du vote des jeunes qui préfèrent aller vers le FN et une image comme Marion Marechal Le Pen qu’un vieux comme lui.

La catégorie de la population la plus victime du chômage qui a le plus besoin de réformes structurelles susceptibles de faire baisser ce chômage.

juppe-bayrou-sarkozyComment expliquer micro-économiquement à un fonctionnaire, un pompier, un ambulancier ou un agent de change, ceux qui ne peuvent obtenir un poste sans casier judiciaire vierge, qu’un postulant président peut être élu alors qu’il a été condamné?

En fait si il a une bonne chance d’être candidat de son parti, il risque fort de ne pas passer le premier tour. Catalogué de gauche par les militants LR, devant une offre de droite de plusieurs candidats, il y a une forte probabilité qu’il ne passe même pas le premier tour.

En confrontation avec des opposant aguerris, il sera KO par absence d’arguments innés de rhétorique et face à Hollande, il endormira. Il invitera les électeur potentiels à ,aller à la pêche.

Qui se souvient du débat entre eux pendant la présidentielle dernière?

Nicolas Sarkozy

A l’époque de la photo, Nicolas Sarkozy est élu depuis 1976. Il a 16 années de politicien derrière lui. En politique depuis 1974 ou il a démarré comme militant.

A la différence de nombreux politiciens, il accepte de faire son métier de politicien. Il accepte les débats contradictoires avec conviction. C’est un acte de courage qui construit sa notoriété, en obtenant la libération d’un enfant sous l’œil des caméras par le preneur d’otages Human Bonb dans une école de Neuilly.

Nicolas Sarkozy est un personnage clivant. Son autonomie fait peur . Jacques Chirac aurait du en faire un premier ministre, mais il ne l’a jamais fait par peur d’être avalé par ce bouillonnant politicien.

Sarkozy est qu’un politicien dont ses idées ont souvent le but de servir ses besoins électoralistes. Néanmoins Nicolas Sarkozy a l’avantage de croire en ses idées et dispose de courage.

Nicolas Sarkozy est devenu président et eu sa chance de réformer. Sarkozy a démontré un certain volontarisme, mais son côté brouillon et contradictoire a engendré des réformes mal ficelées, interceptées inabouties.

Nicolas Sarkozy comme président a appliqué une politique socialo- keynésienne interventionniste derrière un discours libéral qu’il n’a jamais appliqué ni mis en place.

En économie, sa politique anti libérale a été appliquée, notamment en faisant intervenir l’état sur les entreprises, Alsthom/Bouygues, sur des fusions forcées Sanofi/Aventis, GDF/SUEZ, un refus de privatiser EDF ou des tentatives de manipuler les prix de la grande distribution. Il est intervenu Keynésiennement pour sauver les banques lors de la crise des Subprimes au lieu de leur imposer de vendre leurs actifs mobiliers et immobiliers pour qu’elles se sauvent elles mêmes.

Ses discours sans actes, sur la gestion de l’état on eu pour conséquence de réveiller à charge contre lui les castes et les corporations statutaires ou privilégiées qui composent le personnel de gauche contre lui. En fait il réformera très peu et les effectifs continueront de progresser.

En essayant de réformer la justice, le syndicat de la magistrature et les Franc-maçonnerie qui intègre un tiers des juges en France, l’a désigné comme cible à abattre. Le but étant de le faire passer pour un délinquant aidé en cela par la caste de gauche de la corporation des journalistes.

François Hollande arrivé au pouvoir créé un « cabinet noir » anti-Sarkozy. Le journal en ligne Médiapart dont le dirigeant fraudeur fiscal, doit à François Hollande (avec lequel il a écrit un livre) une dette pour une loi d’amnistie réalisée spécialement pour lui sert a diffuser les minutes des procès, les écoutes, ou des dossiers des procès en cours pour que son nom soit cité en place publique.

Nicolas Sarkozy est un personnage médiatiquement vendeur. A charge ou décharge. Quoi qu’il fasse les interprétations sont corrompues par le prisme des aprioris.

En fait pour la droite son retour est contre productif. Pourquoi réussirait il là ou hier il a échoué ? Pour la gauche, il est antipathique et il est exclus pour un grand nombre d’aller voter pour lui lors d’un second tour.

Nous savons aujourd’hui que Marine Le Pen sera présente au second tour, et qu’il n’y a qu’une place disponible pour le second tour. François Hollande pari sur le retour de Sarkozy. C’est l’aversion envers Sarkozy qui mobilisera l’électorat de gauche. Sarkozy, c’est la seule chance de Hollande de passer le 1er tour.

 

 

 

En conclusion ces 3 là doivent dégager pour laisser place a d’autres pour donner envie de voter pour eux…

L’évidence est qu’ils ne se présentent plus. Mais en ont ils conscience?

 

Source photo :

http://www.generationlibre.eu/lu-ailleurs/7-projets-pour-changer-la-france/#jhoE0MYivoLL1ViB.99

Posted in Actualité, Clientélisme étatique, Economie, PolitiqueComments (0)


Espace rédacteur. Proposez votre article

Auteur

UA-38983612-1