Tag Archive | "inégalités"

Retraites des privilégiés : le diable se cache dans les cotisations sociales de l’État

Pour ceux qui ne comprennent pas les privilèges, les iniquités et les inégalités sociales les voici expliquées le plus clairement du monde par les chiffres froids et concrets.

 

Les cotisations :

Un salarié du secteur privé est abondé entre 15,45% et 23,2% (cotisations salariales et patronales) (avec complémentaires) en pourcentage de sa rémunération par son employeur, pour son assurance retraite. (les petites lignes que personne ne lit sur la feuille de salaire).

 

Voici la cotisation de l’état avec ses obligés :

 

Un fonctionnaire est abondé pour la retraite par l’état employeur à 74,28%

Un militaire lui est abondé pour la retraite à 126,04%.

 

La croissance est exponentielle : il y a 10 ans, en 2009, les taux étaient respectivement de 58,47% et 108,39%. Plus de 20% de croissance en seulement 10 ans. L’absence de caisse cantonnée avec une balance entre recettes et dépenses autorise une dépense pour les castes de l’état démesurée.

Chacun peut le constater.

 

Les affiliés à des caisses :

Un fonctionnaire territorial ou hospitalier affilié à la CNRACL l’état employeur fournit une cotisation retraite de 41,48%.

Un agent SNCF affilié à la CPRPSNCF la cotisation de la société est de 46,43%.

Un agent EDF affilié à la CINIEG est à 52,58%.

 

Comme vous le constatez, l’état est pharaoniquement généreux pour l’assurance retraite des ses obligés et des entreprises publiques qu’il gère…

L’état est entre 3 et 8 fois plus généreux avec ses collaborateurs que le droit commun..

C’est une montagne de différence de traitement…

C’est odieux !

 

Mais d’où vient l’argent de ces généreuses cotisations ?

La réponse est simple, il n’y a rien qui sort de la poche de l’état qui ne soit prélevé de votre poche…

Tout est pris dans vos impôts, cotisations, taxes sur les factures du secteur marchand.

L’état employeur ne paye pas les charges sociales de ses salariés, comme la vache ne paye pas la taxe sur le lait.

L’argent de l’état est un jeu a somme nulle, ou ces cotisations pharaoniques sont autant de pouvoir d’achat qui vous est arraché par la force de l’obligation.

Aucun privilégié de l’état ne peut avoir ces avantages sociaux sans que quelqu’un d’autre ne les payent.

 

A contrario, les agents EDF, RATP ou SNCF ont eu une carrière avec l’exception d’être exonérée de cotisations pour le chômage, alors qu’on a demandé aux cotisants du secteur privé de prendre en charge le secteur du spectacle…

 

Payer pour le service régalien de l’état est une chose, mais payer le double pour une gestion inconsistante, est irresponsable.

Le secteur privé ne peut pas concurrencer les avantages injustes des secteurs économiques gérés par l’État et cette ponction pour les privilèges de ses agents et sa gestion honteuse.

 

Les droits ?

Les inégalités les plus injustes sont celles des droits différenciés.

Il est difficile de faire une liste des discriminations que subissent les adhérants au régime général tellement les privilèges sont nombreux dans les régimes spéciaux de l’État.

Voici un patchwork incomplet :
Privilège de faible pénalité de décote : Si vous n’avez pas votre nombre équitable d’années vous aurez une « décote », mais pas la même ! Les fonctionnaires qui pourtant ont des carrières plus linéaires du fait de la stabilité de leur emploi sera moins pénalisante.

Pire quand c’est « décote » pour les salariés du privé, c’est « surcote » pour ceux du public. Le fonctionnaire a bénéficie plus jeune de la décote et une surcote plus jeune. Ainsi lorsqu’à 63 ans un fonctionnaire passe en surcote, le salarié du privé est en décote. Il est prévu a terme une égalité, mais qu’au futur… (pas besoin de dessin ?)

 

Privilèges de cumuls : Si vous cumulez 2 emplois dans le secteur privé, par exemple un job la semaine et un job le week-end vous avez 2 rémunérations dans le secteur privé, mais savez vous qu’on ne tiendra compte que d’une seule « limitée » au seuil sécurité sociale indépassable ?

Pas pour eux, les élus, fonctionnaires et bénéficiaires de régimes spéciaux. Vous connaissez sûrement le Français champion du monde toutes catégories cumulard d’une foultitude de régimes spéciaux, François Hollande ? Et bien vous aurez beau avoir autant d’emplois privés ou fictifs dans le secteur privé du droit commun, jamais vous ne cumulerez comme lui, Vous n’en avez pas le droit, eux les privilégiés des régimes spéciaux, Oui.

 

Privilège d’une pension qui ne correspond en rien a la carrière réelle.

Le grade détermine la pension des privilégiés des régimes spéciaux, pas la fonction exercée. Par exemple en France il est versé largement 3 fois plus de pension au grade de préfets, qu’il n’y a jamais eu de préfets en fonction en France…

 

Privilège de fraude tolérée de sa pension

Le « coup du chapeau », c’est une évolution de grade pour poste fictif, en toute fin de carrière pour calculer favorablement la pension de l’intéressé. Dans le ministère de l’économie et des finances, 24% des fonctionnaires changent de grade dans la dernière année, mais à l’intérieur de cette statistique, 75% des haut fonctionnaires de ce même ministère sont « gradés » pendant cette période.

On note une augmentation de grade dans le ministère des anciens combattants 50% des fonctionnaires, la poste 40%, l’intérieur 33%, la défense 30%, l’aviation civile 23% comme à la recherche publique, l’équipement et le logement, 15%, la justice 14% et l’éducation nationale 9%. (Chiffres de 2013) mais avec le gouvernement Hollande et Macron, pro-technocrates le chiffre a certainement évolué en pire.

Cette fraude ou manipulation est entrée dans les mœurs des privilégiés, tolérée elle semble être d’un faible coût pour l’administration qui l’octroie, pour quelques mois, comme une augmentation de salaire indiciaire, mais génère une terrible charge sur la société par une amplification de la pension qui sera versée pendant des dizaines d’années, une spoliation scandaleuse des contribuables français.

 

Privilèges de bonifications de droits à gogo :

Pour les instituteurs fonctionnaires, le temps passé à l’école normale à partir de l’âge de 18 ans est considéré comme une durée de service effectif. Un privilège qui permettra a ses bénéficiaires de partir plus jeune que les autres à la retraite.

Un partie des fonctionnaires de la police nationale, de l’administration pénitentiaire, des douanes, de la navigation aérienne des militaires se voient crédités de 30 ans de service alors qu’ils n’en ont effectué que 25… Ils peuvent donc gagner par rapport à tous les autres gagner 5 années de travail en moins pour obtenir leur retraite.

6 ans = 8 ans pour le service hors Europe. Vivre sous les cocotiers nécessite tellement cela. Vous aurez en plus une meilleure pension si vous y restez.

Allez je vous réserve la plus caricaturale anecdote pour la fin. Un retraité de la SNCF qui décide de terminer sa carrière de retraité à la Martinique ou La réunion bénéficiera comme un fonctionnaire d’une pension majorée en fonction de « droits acquis » copiés sur le droit des fonctionnaires. Mais savez vous que dans ces DOM-TOM il n’y a même pas de trains et il n’y en a jamais eu sur ces îles ? Pitoyable n’est-ce pas ?

Alors, oui il faudrait une réforme des régimes spéciaux, mais pas élaborée par des technocrates en conflit d’intérêt, eux mêmes aux régimes spéciaux.

Nous regardons sous nos yeux en ce moment le pire du pire.

Ce gouvernement a réussi l’exploit non seulement de faire une non-réforme, mais en plus de céder aux corporations les pires déjà favorisées en rien l’universalisme de l’excuse pour la demande de réforme.

Dramatique !

Posted in Actualité, Clientélisme étatique, Economie, Politique, Tribune libreComments (0)

La répartition et les plis sous la toile cirée

Pour celui qui aborde l’étude de la répartition des revenus ou des fortunes, il est a priori assez troublant de découvrir que ceux dont les revenus ou les patrimoines sont les plus élevés sont aussi ceux dont ces revenus ou patrimoines ont grimpé le plus vite.

Les jaloux et les économistes idéologues accusent alors la loi des rendements du capital, dite loi des intérêts composés : en effet, elle permet d’envisager une croissance exponentielle des revenus. Un centime placé au taux de 5% à l’époque romaine aurait ainsi produit à ce jour un montant représentant la taille de la Terre en or pur.
Mais le troublant dans cette explication est que tout individu bénéficie de cette loi et que donc l’ensemble du monde devrait finir milliardaire.

Une première objection est que ce ne sont pas les mêmes qui sont au sommet tous les ans. La revue Forbes rappelle ainsi que sur les 140 milliardaires de sa première édition de 1987, en 2012, 25 ans plus tard, seulement 24 étaient restés de façon continue dans cette liste.

Ceci remet à sa place la grande théorie de Thomas Piketty sur l’accumulation du capital.

Mais une autre explication nous paraît plus pertinente, que nous appelons le modèle de la toile cirée : si nous nous figurons une toile cirée, posée à plat sur une table circulaire et que nous commençons à soulever cette toile par un doigt passant au centre de la table, la toile prend la forme d’une petite montagne au centre dont les flancs, pentus vers le centre, s’adoucissent en allant vers l’extérieur. Pour ceux qui ont fait mathélem, la section est celle d’une chaînette, qui est aussi celle des flancs de la Tour Eiffel. 
Cette section ou coupe représente bien la distribution statistique des revenus ou des patrimoines, sauf qu’elle n’est pas strictement une chaînette, mais une loi de Pareto.

Au centre sont les riches, à l’extérieur les plus pauvres.

Il est alors intuitif que, si l’on veut qu’en moyenne la surface de la toile cirée monte de x%, il faut faire monter le centre beaucoup plus. En d’autres termes, la croissance de la richesse de tous exige qu’il y ait une croissance beaucoup plus forte des plus riches. Mais la descente sur la surface de la toile cirée est aussi beaucoup plus rapide quand on est au centre que quand on s’écarte vers la périphérie.

On peut se demander quelle est la force derrière le doigt qui soulève le centre.

Elle a probablement changé au cours des siècles, en commençant au Moyen Âge par la force physique et le courage qui ont permis à des châtelains d’émerger et de construire leurs châteaux au centre de la toile.

Mais depuis la révolution industrielle, il est clair que ce doigt est devenu l’entreprise, car c’est le plus souvent par leurs entreprises que les plus riches sont devenus riches, beaucoup plus rarement par leurs talents artistiques ou sportifs.

Ainsi, de 1997 à 2010 [1], en 13 ans, le PIB mondial est passé de 46,9 trillions de dollars à 74,4, une augmentation juste en dessous de 60% mais le nombre des milliardaires de Forbes est passé de 486 à 1.011 et leur fortune totale de 1.200 milliards à 3.600, un triplement.

Peut-être le vingt et unième siècle apportera-t-il d’autres façons de soulever la toile. Peut-être sera-t-il démontré que la manière de devenir riche est de faire de la politique (ce dont nous doutons). Ou tout simplement qu’il n’y a plus à soulever la toile cirée car tout le monde est sorti de la misère.
Pour l’instant, avec une bonne partie de l’humanité vivant avec moins d’un dollar par jour, qui ne peut savourer Kant ou Beethoven car taraudée par le souci de manger ou de nourrir ses enfants, il semble que nous ayons encore quelques années où le slogan des communistes chinois, « enrichissez- vous », rappelé par Emmanuel Macron, ait encore toute sa validité, même si nous ne pouvons empêcher certains de prêcher le bonheur par l’ascétisme.

http://www.emploi-2017.org/le-modele-de-la-toile-ciree.html

Posted in Actualité, Economie, International, Média, PolitiqueComments (0)


Espace rédacteur. Proposez votre article

Auteur

UA-38983612-1